dimanche 24 janvier 2016

Les Béatitudes

Ce cantique se forme des huit béatitudes auquel s'ajoute ici une neuvième sur l'humilité pouvant faire référence à la parole de Jésus: "Quiconque s'abaisse sera élevé". L'ordre suivit n'est pas strictement celui de l'évangile; de plus, les récompenses mentionnées y diffèrent quelquefois. A ceux dont le cœur est détaché des biens du monde, Dieu promet les richesses de son royaume; aux doux ne s'irritant point face aux injures, les douceurs infinies de son amour; aux affligés souffrant leurs maux en paix, les célestes plaisirs; aux humbles cachant leurs vertus, leur glorification au jour du jugement; aux affamés de justice, l'éternel rassasiement de sa propre personne; aux innocents évitant les moindres fautes, la contemplation de sa beauté sans tache; aux pacifiques, l'honneur d'être appelés ses enfants; à ceux qui sont persécutés injustement, la couronne immortelle; enfin aux cœurs charitables ses paternelles bontés en ce monde et en l'autre.

Premier couplet du cantique avec partition pour quatre voix mixtes :

 



Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 


 

Paroles du cantique avec indication des liaisons :

 

Les deux derniers vers de chaque couplet sont répétés.
 Un pied souligné est à maintenir durant le chant sur la note suivante.

1
Bienheureux les pauvres d’esprit
Heureux qui de l'opulence
A su détacher son cœur,
Et qui de l'humble indigence
Supporte en paix la rigueur !
Dieu fidèle en ses promesses,
Infini dans sa bonté,
Par d'éternelles largesses
Enrichit la pauvreté.

2
Bienheureux les doux
Heureux le cœur débonnaire
Qui ne connut point l'aigreur,
Et dont nul revers n'altère
L'inépuisable douceur !
Le Dieu de paix lui destine,
Dans son éternel séjour,
L'onction toute divine
Des douceurs de son amour.

3
Bienheureux les affligés
Bienheureux ceux dont la vie,
Traînée au sein des douleurs,
Ne s'abreuve et n'est nourrie
Que de cendres et de pleurs !
Dieu, témoin de leurs alarmes,
Attentif à leurs soupirs,
Changera leurs maux en charmes,
Et leurs larmes en plaisirs.

4
Bienheureux les humbles
Bienheureux l'homme modeste
Qui, dans son néant confus,
Va, loin du jour qu'il déteste,
Couvrir d'oubli ses vertus !
Le seul juge de la gloire,
Au grand jour de l'équité,
Viendra mettre à sa mémoire
Un sceau d'immortalité.

5
Bienheureux les affamés de justice
Bienheureux ceux qui, du vice,
Fuyant le sentier trompeur,
De la soif de la justice
Sentent enflammer leur cœur !
L'eau de l'éternelle vie,
Accordée à leurs soupirs,
Sans éteindre leur envie,
Rassasiera leurs désirs.

6
Bienheureux les cœurs purs
Heureux ceux dont l'âme pure
Garde avec soin sa blancheur,
Et dont la moindre souillure
Épouvante la pudeur !
Dieu lui-même est leur partage ;
Et dans l'immortalité,
Ils fixeront, sans image,
Son éternelle beauté.

7
Bienheureux les pacifiques
Bienheureux les pacifiques
Que le fiel n'émeut jamais,
Et dont les désirs uniques
Sont de voir régner la paix !
Dieu devient leur tendre Père,
Ils sont ses enfants chéris,
Et de leur paix passare
Son repos sera le prix.

8
Bienheureux les persécutés
Heureux ceux que l'injustice
Poursuit de ses traits perçants,
Et dont la sombre malice
Noircit les jours innocents !
Le Très-Haut sera lui-même
Leur soutien et leur vengeur,
Et son riche diame
Couvrira leur front d'honneur.

9
Bienheureux les miséricordieux
Bienheureux qui, pour ses frères,
Plein d'un cœur compatissant,
À leurs pleurs, à leurs misères,
Prodigue un secours puissant !
Le Seigneur Dieu, de ses ailes,
Se plaît à couvrir ses jours ;
Ses entrailles paternelles
S'ouvrent à lui pour toujours.


Téléchargement des paroles :

 

samedi 16 janvier 2016

Confiance en Marie

Les paroles bien connues de ce cantique montfortain forment une supplique filiale et confiante à la Mère des miséricordes. On la prie de veiller chaque jour sur notre corps et sur notre âme; de nous assister dans nos besoins et de nous défendre dans nos combats; de présenter elle-même nos demandes à son divin Fils, pour qu'elles soient rendues dignes d'être exaucées; d'intercéder auprès de lui en notre faveur, afin d'apaiser sa justice irritée par nos fautes; enfin, de nous obtenir une bonne et sainte mort, nous abandonnant entièrement dans ses mains puissantes qui nous protégerons en ce moment fatal contre les assauts furieux de l'enfer.

Premier couplet du cantique avec partition pour quatre voix mixtes :

 



Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 


 

Paroles du cantique avec indication des liaisons :

 

Un pied souligné est à maintenir durant le chant sur la note suivante.

1
Je mets ma confiance,
Vierge, en votre secours :
Servez-moi de défense,
Prenez soin de mes jours ;
Et quand ma dernière heure
Viendra fixer mon sort,
Obtenez que je meure
De la plus sainte mort.
(2ème partie du couplet répétée)

2
À votre bienveillance,
Ô Vierge, j'ai recours ;
Soyez mon assistance
En tous lieux et toujours.
Vous êtes notre Mère,
Jésus est votre Fils :
Portez-lui la prière
De vos enfants chéris.
(2ème partie du couplet répétée)

3
Sainte Vierge Marie,
Asile des pécheurs,
Prenez part, je vous prie,
À mes justes frayeurs ;
Vous êtes mon refuge,
Votre Fils est mon Roi,
Mais il sera mon juge :
Intercédez pour moi.
(2ème partie du couplet répétée)

4
Ah ! soyez-moi propice
Quand il faudra mourir !
Apaisez sa justice,
Je crains de la subir.
Mère pleine de zèle,
Protégez votre enfant ;
Je vous serai fidèle
Jusqu’au dernier instant.
(2ème partie du couplet répétée)


Téléchargement des paroles :

 

mercredi 13 janvier 2016

J'engageai ma promesse au baptême

Ce chant très connu traite de l'antique cérémonie du renouvellement des promesses du baptême, pratique remise en honneur par le Père de Montfort, d'où l'attribution indue de ce cantique à ce dernier sur la partition. L'enfant ayant pleinement l'usage de la raison s'engage lui-même librement et solennellement à respecter les promesses faites en son nom lors de son baptême. Il déclare ainsi croire fermement sans chercher à raisonner toutes les vérités de la foi, spécialement les mystères de la Trinité, de l'Incarnation et de la Rédemption; être soumis aux lois de l'Église; renoncer au diable, aux pompes mondaines et aux plaisirs défendus; enfin, fidèle à l'Évangile, vouloir porter fièrement le joug du Seigneur, le suivant sans respect humain dans tous ses pas.

Premier couplet du cantique avec partition pour quatre voix mixtes :

 



Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 


 

Paroles du cantique avec indication des liaisons :

 

Un pied souligné est à maintenir durant le chant sur la note suivante.

1
J'engageai ma promesse au baptême,
Mais pour moi d'autres firent serment :
En ce jour je vais parler moi-me,
Je m'engage aujourd'hui librement.

REFRAIN :
Je m'engage,
Je m'engage,
Je m'engage aujourd'hui librement,
Je m'engage aujourd'hui librement.

2
Je crois donc en un Dieu trois personnes,
De mon sang je signerais ma foi.
Faible esprit, vainement tu raisonnes :
Je m'engage à le croire, et je crois.

3
À la foi de ce premier mystère
Je joindrai celle d'un Dieu sauveur.
Sous les lois de l'Église ma re,
Je m'engage et d'esprit et de cœur.

4
Sur les fonts, dans une eau salutaire,
Pour enfant Dieu daigna m'adopter ;
Si j'en ai souillé le caracre,
Je m'engage à le mieux respecter.

5
Je renonce aux pompes de ce monde,
À la chair, à tous ses vains attraits ;
Loin de moi, Satan, esprit immonde,
Je m'engage à te fuir pour jamais.

6
Faux plaisirs, source inme de vices,
Trop longtemps vous fûtes mon amour ;
Je renonce à vos fausses délices,
Je m'engage à Dieu seul sans retour.

7
Oui, mon Dieu, votre seul Évangile
Réglera mon esprit et mes mœurs ;
Dussiez-vous en frémir, chair fragile,
Je m'engage à toutes ses rigueurs.

8
Ah ! Seigneur, qui sait bien vous connaître
Sent bientôt que votre joug est doux ;
C'en est fait, je n'ai point d'autre maître :
Je m'engage à ne servir que vous.

9
Sur vos pas, ô mon divin modèle,
Plus heureux qu'à la suite des rois,
Plein d'horreur pour ce monde infile,
Je m'engage à porter votre croix.


Téléchargement des paroles :

 

dimanche 10 janvier 2016

Dans cette étable, que Jésus est charmant

Plus honorée que tous les palais des rois, l'étable de Bethléem fut spécialement choisie de Dieu pour recevoir son propre Fils. Dès sa naissance, cet Enfant si faible manifeste déjà sa puissance, car en commençant par ses souffrances le rachat de l'humanité pécheresse, il vainc les esprits infernaux et détruit leur empire. S'il pleure dans sa crèche, ce n'est pas tant à cause de ses propres douleurs que par la vue de nos malheurs; dans sa sagesse infinie, il savait parfaitement qu'un grand nombre d'âmes ne profiteraient pas de ses bienfaits et se perdraient à jamais... Afin en quelque sorte de le consoler,  répondons à son amour par le nôtre; et que cet amour soit bien ardent, pur, désintéressé, nous portant à diriger toutes nos actions en vue de lui plaire.

Premier couplet du cantique avec partition pour quatre voix mixtes :

 



Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 


 

Paroles du cantique avec indication des liaisons :

 

Un pied souligné est à maintenir durant le chant sur la note suivante.

1
Dans cette étable,
Que Jésus est charmant !
Qu'il est aimable
Dans son abaissement !
Que d'attraits à la fois !
Tous les palais des rois
N'ont rien de comparable
Aux beautés que je vois
Dans cette étable.

2
Que sa puissance
Paraît bien en ce jour,
Malgré l'enfance
Où l'a réduit l'amour !
L'esclave racheté
Et tout l'enfer dompté
Font voir qu'à sa naissance
Rien n'est si redouté
Que sa puissance.

3
Heureux mystère !
Jésus souffrant pour nous,
D'un Dieu sévère
Apaise le courroux.
Pour sauver le pécheur
Il naît dans la douleur,
Et sa bonté de re
Éclipse sa grandeur.
Heureux mysre !

4
S’il est sensible,
Ce n’est qu’à nos malheurs !
Le froid horrible
Ne cause point ses pleurs.
Après tant de bienfaits,
Notre cœur, aux attraits
D’un amour si visible,
Doit céder désormais
S’il est sensible.

5
Que je vous aime !
Peut-on voir vos appas,
Beauté suprême !
Et ne vous aimer pas ?
Puissant maître des cieux,
Brûlez-moi de ces feux
Dont vous brûlez vous-me ;
Ce sont là tous mes vœux :
Que je vous aime.


Téléchargement des paroles :

 

vendredi 8 janvier 2016

Amour à Jésus Enfant

Ce cantique attribué au Père de Montfort est un chant d'amour à l'Amour infini fait petit Enfant pour nous. Parmi les nombreuses pensées évoquées, nous y voyons comment par un excès de bonté le Fils de Dieu s'est fait homme pour nous racheter, nous favorisant ainsi plus que les anges eux-mêmes; comment dans son dénuement et sa pauvreté il ne se plaint pas mais au contraire souffre tout patiemment et volontairement pour notre amour; comment dans son enfance il est plein de charmes, de beauté, de candeur et de simplicité; comment enfin nous devons le bénir pour tous ses bienfaits, lui donnant toute notre affection et l'imitant courageusement dans ses vertus.

Premier couplet du cantique avec partition pour quatre voix mixtes :

 



Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 


 

Paroles du cantique avec indication des liaisons :

 

Un pied souligné est à maintenir durant le chant sur la note suivante;
si ce pied est aussi en caractère gras,

il doit être tenu sur une troisième et une quatrième note.

1
Que j'aime ce divin Enfant !
Qu'en cet état il est charmant !
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
Ô l'adorable Enfant !
C'est l'amour me.

2
Son amour l'a nommé Jésus,
C'est le modèle des élus,
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
Imitons ses vertus,
C'est l'amour me.

3
Au milieu d'un pauvre appareil,
Il est plus beau que le soleil ;
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
C'est l'astre sans pareil,
C'est l'amour me.

4
Le ciel admire sa beauté,
L'ange adore sa majesté ;
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
Bénissons sa bonté,
C'est l'amour me.

5
Quoique logé très pauvrement,
Il ne se plaint aucunement ;
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
Ah ! qu'il est patient !
C'est l'amour me.

6
Quel exemple de pauvreté,
De souffrance et d'humilité !
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
Quel excès de bonté !
C'est l'amour me.

7
Oui, c'est le Fils du Tout-Puissant
Qui vient me sauver en naissant ;
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
Oh ! le Dieu bienfaisant ;
C'est l'amour me.

8
Sur la terre il descend pour moi ;
C'est mon Dieu, mon Maître et mon Roi :
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
C'est l'objet de ma foi,
C'est l'amour me.

9
C'est mon frère et mon Rédempteur,
C'est l'espoir du pauvre pécheur ;
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
C'est l'ami de mon cœur,
C'est l'amour me.

10
Anges, ne soyez point jaloux
Si je le dispute avec vous :
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
C'est mon divin Époux,
C'est l'amour me.

11
Je suis charmé de sa candeur,
Je suis ravi de sa douceur,
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
Je lui donne mon cœur :
C'est l'amour me.

12
Quel prodige de sainteté !
Quel abîme de charité !
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
C'est le Dieu de bonté,
C'est l'amour me.

13
C'est mon Jésus, c'est mon Sauveur :
Dans ce Saint Nom quelle douceur !
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
C'est le Dieu de mon cœur,
C'est l'amour me.

14
Anges, qui lui faites la cour,
Embrasez-moi de votre amour !
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
Je chante nuit et jour :
C'est l'amour me.

15
Vive le Saint Enfant Jésus !
Monde, je ne te connais plus ;
Je l'aime, je l'aime, je l'aime !
C'est le Roi des élus,
C'est l'amour me.


Téléchargement des paroles :

 

mercredi 6 janvier 2016

Épiphanie

Conduits par une étoile, les trois rois mages viennent dans l'étable de Bethléem adorer l'Enfant-Dieu et lui offrir leurs présents. Dans ce pauvre lieu, nul éclat extérieur: une extrême indigence est le partage du Roi des rois... Quelle sujet d'instruction! Dans sa crèche, il commence déjà l'œuvre de notre rédemption, qu'il parachèvera un jour sur le Calvaire. Prenant pour exemple la foi, la fidélité et la promptitude des mages, suivons toujours sans résistance les mouvements de la grâce qui, telle une étoile brillante, nous éclaire dans les ténèbres de notre vie et nous montre le chemin à suivre pour accomplir la volonté divine, sûrs qu'ainsi nous trouverons toujours Jésus ici-bas avant de le posséder un jour dans la vie éternelle.

Premier couplet du cantique avec partition pour quatre voix mixtes :

 



Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 


 

Paroles du cantique avec indication des liaisons :

 

Un pied souligné est à maintenir durant le chant sur la note suivante.

1
Suivons les rois dans l'étable
Où l'étoile les conduit :
Que vois-je ? un enfant aimable
De sa crèche les instruit.
Ô Ciel ! quels traits de lumière
Frappent mes yeux et mon cœur !
Dans le sein de la mire,
Que d'éclat et de grandeur !
Dans le sein de la misère,
Que d'éclat et de grandeur !

2
Oui, c'est le Dieu du tonnerre !
Venez fléchir les genoux ;
Adorez, rois de la terre,
Un roi plus puissant que vous.
Suivez l'exemple des mages :
D'un cœur pur les sentiments
Sont de plus dignes hommages
Que l'or, la myrrhe et l'encens,
Sont de plus dignes hommages
Que l'or, la myrrhe et l'encens.

3
Il ne doit point leur hommage
À l'éclat d'un vain dehors ;
L'indigence est son partage,
Ses vertus sont ses trésors.
Sa splendeur, ni sa couronne,
Pour les yeux n'ont pas d'attraits,
Une crèche fait son trône,
Une étable est son palais ;
Une crèche fait son trône,
Une étable est son palais.

4
Ô réduit pauvre et chamtre !
Dans ton paisible séjour,
L'univers offre à son maître
Le tribut de son amour.
Enfin l'heureux jour s'avance,
Qu'à nos pères Dieu promit :
À Bethléem il commence,
Sur la croix il s'accomplit ;
À Bethléem il commence,
Sur la croix il s'accomplit.

5
Quand la grâce nous appelle,
Gardons-nous de résister ;
Suivons ce guide fidèle,
Quittons tout sans hésiter.
Craignons de perdre de vue
L'astre qui, pendant la nuit,
Comme du haut de la nue
Nous éclaire et nous conduit,
Comme du haut de la nue
Nous éclaire et nous conduit.


Téléchargement des paroles :

 

lundi 4 janvier 2016

Gloria in excelsis Deo

Voici un des Noël les plus populaires, "Les Anges dans nos campagnes", dont le premier couplet est ici retouché avec en outre de petites variantes dans la mélodie. Gloire à Dieu au plus haut des cieux!, chantent en chœur les anges dans le ciel, annonçant aux bergers un grand sujet de joie, la naissance du Messie. Ceux-ci, fidèles à leurs avis, s'empressent d'aller voir le Sauveur d'Israël, lui offrant leurs hommages. A notre tour, allons lui offrir notre cœur, et imitant les anges, rendons gloire à Dieu pour le don si généreux qu'il nous fait de son Fils, dans l'attente de pouvoir un jour redire avec eux dans le paradis: Gloria in excelsis Deo!

Premier couplet du cantique avec partition pour quatre voix mixtes :

 



Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 


 

Paroles du cantique avec indication des liaisons :

 

Un pied souligné est à maintenir durant le chant sur la note suivante;
si ce pied est aussi en caractère gras et italique, il doit être tenu
sur un total de seize notes (en comprenant la note de départ).

1
J'entends là-bas dans la plaine
Les Anges descendus des Cieux,
Chanter à perte d'haleine
Ce cantique mélodieux :

REFRAIN :
Gloria in excelsis Deo,
Gloria in excelsis Deo.

2
Bergers, pour qui cette fête ?
Quel est l'objet de tous ces chants ?
Quel vainqueur, quelle conquête
rite ces cris triomphants ?

3
Ils annoncent la naissance
Du libérateur d'Israël ;
Et pleins de reconnaissance,
Chantent en ce jour solennel :

4
Cherchons tous l'heureux village
Qui l'a vu naître sous ses toits ;
Offrons-lui le tendre hommage
Et de nos cœurs et de nos voix.

5
Dans l'humilité profonde
Où vous paraissez à nos yeux,
Pour vous louer, Dieu du monde !
Nous redirons ce chant joyeux :

6
la bouche de l'Ange
Et les hymnes des Chérubins
Nous apprennent la louange
Qui se chante aux parvis divins.

7
Toujours charmés du mystère
Qu'opère ici-bas votre amour,
Notre bonheur sur la terre
Sera de chanter chaque jour :


Téléchargement des paroles :

 

samedi 2 janvier 2016

Le Saint Nom de Jésus

Vive Jésus! Vive ce Nom sacré, qui enflamme notre cœur et nous porte à la pratique des vertus! Vive ce Nom de victoire sous lequel se rallient tous les disciples du Christ! Vive ce Nom très doux, consolation de ceux qui sont rejetés par le monde! Vive ce Nom d'espérance, par lequel les pécheurs obtiennent leur pardon! Vive ce Nom puissant, terreur des démons! Vive ce Nom béni, chant de reconnaissance des cœurs fidèles! Vive ce Nom d'amour, charme de tous ceux qui ont reçus en eux leur Sauveur! Vive ce Nom glorieux qui retentit sans cesse dans le ciel! Vive aussi le Nom de Marie, intimement uni à celui de Jésus! Vive Jésus en tous temps, en tous lieux et toujours! Qu'il triomphe de ses ennemis, qu'il règne à jamais sur tous les hommes, et qu'enfin nous vivions et mourrions pour sa gloire!

Premier couplet du cantique avec partition pour quatre voix mixtes :

 



Couplet musical en boucle pour accompagner les chanteurs :

 


 

Paroles du cantique :

 

Il n'y a pas de liaisons dans la mélodie.

1
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! C'est le cri de mon âme,
Et qui m'anime à toutes les vertus ;
Aimable Nom, quand ma voix te proclame,
Mon cœur soudain et s'anime et s'enflamme :
Vive Jésus ! (bis)

2
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! C'est le cri qui rallie
Sous les drapeaux le peuple des élus ;
Suivre Jésus, c'est aussi mon envie,
Suivre Jésus, c'est mon bien, c'est ma vie !
Vive Jésus ! (bis)

3
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! Ce doux Nom me console,
Lorsque de moi le monde ne veut plus.
Adieu, lui dis-je, adieu, monde frivole,
Bien insensé qui pour toi se désole !
Vive Jésus ! (bis)

4
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! C'est un cri d'espérance
Pour les pécheurs repentants et confus ;
Sur eux du ciel attirant la clémence,
Ce Nom sacré soutient leur pénitence :
Vive Jésus ! (bis)

5
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! À ce cri de vaillance,
Je verrai fuir les démons éperdus ;
Un mot suffit pour dompter leur puissance,
Pour terrasser leur superbe insolence :
Vive Jésus ! (bis)

6
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! Cri de reconnaissance
D'un cœur touché des biens qu'il a reçus ;
L'enfer veut-il troubler sa confiance,
Il chante encore avec plus d'assurance :
Vive Jésus ! (bis)

7
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! C'est mon cri d'allégresse,
Ô Dieu caché sous un pain qui n'est plus,
Quand aux douceurs d'une céleste ivresse
Je reconnais l'objet de ma tendresse ;
Vive Jésus ! (bis)

8
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! C'est le cri de victoire
Qui retentit au séjour des élus ;
De leurs combats consacrant la mémoire,
Ce Nom puissant éternise leur gloire :
Vive Jésus ! (bis)

9
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! Vive sa tendre Mère !
Elle est aussi la Mère des élus.
Si nous voulons et l'aimer et lui plaire,
Chantons Jésus, notre Dieu, notre frère :
Vive Jésus ! (bis)

10
Vive Jésus ! (bis)
Vive Jésus ! Qu'en tout lieu la victoire
Mette à ses pieds les méchants confondus !
Ô Nom sacré, nom cher à ma mémoire,
Puissé-je vivre et mourir pour ta gloire !
Vive Jésus ! (bis)